Newsletter de l'ARTCI : 10 juin 2020

 

      logo 150           titre image brut ok                 titre 09 oct               

 Nouveau plan de numérotation de la Côte d'Ivoire


SANOGO Bassoumarifou, ingénieur télécoms, Directeur des Ressources et du Contrôle Technique : Nous basculerons de 8 à 10 chiffres dans la nuit du 30 au 31 janvier 2021.


Le plan national de numérotation, constitué de l’ensemble des numéros téléphoniques disponibles, va changer en République de Côte d’Ivoire. Le projet qui a été adopté en Conseil des ministres, le 26 février 2020, entrera officiellement en vigueur le 31 janvier 2021 au plus tard, à minuit. L’adoption du nouveau plan national de numérotation, est devenue indispensable, parce que l’actuel plan arrive à saturation en raison du rythme de consommation et des besoins importants en numéros, notamment en matière de téléphonie mobile. Le nouveau plan national de numérotation, adopté par le Conseil des ministres, sur proposition de l’ARTCI, permet d’anticiper les perturbations des réseaux et de préserver l’économie nationale. Nous avons rencontré le Directeur des Ressources et du Contrôle Technique (DRCT) afin d’échanger sur ce sujet.


conseiller prM. SANOGO Bassoumarifou, Directeur des Ressources et du Contrôle Technique


M. SANOGO, la Côte d’Ivoire passe de 8 à 10 chiffres sur le plan de la numérotation en janvier 2021, nos lecteurs désirent en savoir plus sur ce sujet.


1- Qu’est-ce qu’un plan national de numérotation ?

Un plan national de numérotation ou de numérotage est l’ensemble des numéros et préfixes du réseau téléphonique d’un pays. Ces numéros permettent notamment d’identifier les points de terminaison fixe ou mobile des réseaux et services téléphoniques, d’acheminer les appels et d’accéder à des ressources internes aux réseaux.


Le plan de numérotation actuel contient plusieurs types de numéros notamment les numéros de services mobiles et fixes dont la longueur passera en janvier 2021 de 8 à 10 chiffres. D’autres types de numéros, dits numéros courts, utilisés pour des services d’urgence et des services à valeur ajoutées resteront inchangés.


Comme on le constate, un plan national de numérotation nécessite une cohérence d’ensemble dont l’établissement et la gestion relève de l’ARTCI conformément au décret n°2013-439 relatif à la numérotation.


2- Pouvez-vous nous faire l’historique des plans de numérotation qu’a connu notre pays ?

Historiquement, le 15 janvier 2000 a marqué le passage des numéros fixes et mobiles de 6 à 8 chiffres; passage qui a donc donné naissance au plan de numérotation actuel à 8 chiffres.

Ce plan arrivé à saturation en août 2015 passera à 10 chiffres en janvier 2021. Ce sera donc la naissance du nouveau plan national de numérotation à dix (10) chiffres.

3- Pourquoi la mise en place d’un nouveau plan de numérotation ?

Depuis août 2015, le plan de numérotation actuel ne dispose plus de ressources suffisantes pour satisfaire aux besoins des opérateurs de télécommunications.

Cette situation a amené l’ARTCI à attribuer aux opérateurs, une partie des numéros à indicatifs de service « 8 » et « 9 », initialement prévus pour les services à valeur ajoutée.


Pour pallier cette situation et anticiper la pénurie de numéros, un projet de basculement vers le nouveau Plan National de Numérotation a été élaboré par l’ARTCI en collaboration avec les opérateurs de téléphonie et autres parties prenantes. Les motivations de cette réforme sont les suivantes :


- la saturation du plan national de numérotation à 8 chiffres ;

- la forte croissance du marché de la téléphonie mobile marqué par des besoins sans cesse grandissant de numéros ;
- la difficulté de pouvoir satisfaire aux demandes de numéros;
- la nécessité de satisfaire aux besoins en numéros des services futurs tels que l’Internet des Objets.


Il faut rappeler que ces changements ne concernent que les numéros mobiles et les numéros fixes et maintiennent les numéros courts en l’état. En clair, les numéros d’urgence et les numéros de services à valeur ajoutée ne changeront pas.


4- Quelles sont les caractéristiques du nouveau plan de numérotation à 10 chiffres ?


Adopté en Conseil des Ministres le 26 février 2020, le Plan National de Numérotation à dix (10) chiffres dispose d’une capacité théorique de dix (10) milliards de numéros dont un (01) milliard de numéros pour les services de téléphonie mobile et cinq (05) milliards de numéros en réserve, ce qui lui permet de répondre aux besoins des technologies futures (internet des objets, etc.) et de garantir une durée minimale d’exploitation de 50 ans (Besoin en numéros estimé à 850 millions).


Ainsi, à l’exclusion des réserves, chacun des opérateurs de téléphonie mobile disposera lors du changement de plan, de cent millions de numéros couvrant ainsi ses besoins à court, moyen et long terme.


Une autre particularité de ce plan de numérotation est l’introduction, conformément aux besoins du marché, de numéros fixes non géographiques, qui n’existent pas dans le Plan actuel. Les numéros fixes non géographiques sont des numéros fixes non rattachés à une zone géographique particulière, et permettent donc de conserver un numéro fixe malgré un changement de zone de résidence.



5- Pourrions-nous avoir le chronogramme de ce projet jusqu’au lancement de ce plan ?


La date majeure à retenir est la nuit du 30 au 31 janvier 2021, date à laquelle tous les numéros mobiles et fixes passeront de 8 à 10 chiffres.


6- Un appel aux consommateurs

Notre appel concerne principalement les entreprises, les administrations publiques et la population.
Nous invitons les utilisateurs des services de téléphonie à se préparer aux effets que pourraient engendrer ce changement de structure et de longueur de numéro sur leurs activités.

Dans les semaines à venir, l’ARTCI présentera officiellement la structure de ce nouveau plan de numérotation ainsi que le principe de basculement de 8 au 10 chiffres, qui est très simple.

 

 

 

      logo 150           titre image brut ok                 titre 09 oct               

 La Coopération Internationale vue du régulateur des télécoms/TIC et de la Poste en cette période de la Covid-19

Mme BESSOU Régina, Directrice de la Coopération Internationale, et Présidente de la Commission d'Etudes 1 du secteur du Développement des télécommunications de l'Union Internationale des Télécommunications (UIT-D) : La plupart des réunions à l’international se déroulent maintenant en ligne


Le monde du travail est profondément touché par la pandémie mondiale du Coronavirus Covid-19. Outre la menace que cela représente pour la santé publique, les bouleversements ont touchés de plein fouet la coopération internationale. La Directrice de la Coopération internationale, et Présidente de la Commission d'Etudes 1 de l'UIT-D nous fait le point des activités à l’internationale en ces temps de pandémie..
 


conseiller prMme BESSOU Régina, Directrice de la Coopération Internationale 

1- En tant que Directrice de la coopération Internationale, pouvez-vous nous dire l’impact de la pandémie à coronavirus covid-19 sur les rencontres à l’international ?
Pouvons-nous déduire que le calendrier a subi des modifications ?

La pandémie à Coronavirus covid-19 a eu effectivement un impact assez significatif sur les activités à l’International. Aussi, le calendrier des rencontres a subi plusieurs modifications.

En effet cette situation a conduit à l’annulation de plusieurs rencontres importantes et décisives planifiées par les organisations internationales et régionales. C’est par exemple le cas du Congrès mondial GSMA à Barcelone, du séminaire annuel du FRATEL, des réunions organisées par l’UIT et l’UAT.

Certaines rencontres statutaires, qui requièrent une présence effective des parties prenantes ont été reportées au dernier trimestre de 2020 pour la plupart.

Par ailleurs, les signatures de Mémorandum d’Entente entre l’ARTCI et certains régulateurs prévues en marge des réunions présentielles ont dû être reportées.

La plupart des réunions à l’international se déroulent maintenant en ligne. Ces réunions portent en général sur les sujets de management et de coordination des évènements pour assurer la poursuite des activités, ainsi que de nouvelles thématiques de discussions ouvertes en relation avec la COVID-19 et son impact. Elles ont pour but principal de discuter, partager les expériences pays et proposer des solutions numériques face à la pandémie.


2- En terme de taux de participation, de contribution et de temps de réunions, pouvez-vous nous dire si ces rencontres en ligne sont-elles aussi productives que la méthode présentielle ?


L’alternative des réunions virtuelles présente comme premier avantage de ne pas être déconnecté des activités internationales en général, et en particulier de celles de l’UIT qui préconise ce mécanisme de travail qui s’impose en cette situation critique de la COVID 19. En effet, la pandémie permet à plusieurs entités de tester l’efficacité des réunions virtuelles avec les outils tels que collaboratifs, Zoom, Interprefy, microsoft teams, skipe, etc…


Avec les rencontres en ligne, plusieurs personnes peuvent participer aux réunions et travaux à l’international pour renforcer leur capacité et s’imprégner des sujets en cours ; ce qui n’est pas possible dans le cas des rencontres présentielles qui limitent le nombre des délégations et qui induisent un coût budgétaire significatif pour l’entreprise. Les rencontres en lignes sont très productives car en temps réel la possibilité est offerte de pouvoir échanger et apprendre des expériences des pays et des mécanismes de travail des organisations internationales.

Toutefois le télétravail n’est pas sans inconvénient et limites.


3- Les experts de l’ARTCI participent-ils activement à ces réunions ?


Les experts de l’ARTCI suivent d’ordinaire les réunions auxquelles ils participent activement dans le cadre du calendrier mis à jour des réunions ramenées en ligne. Il faut noter que les procédures de participation aux réunions habituelles telles que planifiées par les organisations internationales demeurent en dépit du contexte virtuel (mécanisme de validation par les points focaux pays). Aussi seulement les sessions thématiques sont ouvertes à tout participant selon une procédure d’enregistrement simplifiée. Ainsi donc selon le cas, on peut noter plusieurs participants aux réunions virtuelles. La Direction de l’Internationale s’assure de coordonner en collaboration avec les directions concernées par les réunions, la préparation des contributions et la participation des experts.


4- Pour ce secteur qui traite de l’économie numérique, le télétravail, ne va-t-il pas prendre le dessus sur les réunions présentielles ?


Le télétravail ne convenant pas pour les rencontres, notamment statutaires et celles impliquant des prises de décisions et orientations futures, certaines rencontres sont reportées à des réunions présentielles ou font l’objet d’annulation. Cela entraine une perturbation et un retard dans la mise en œuvre des résolutions arrêtées.


D’un point de vue technique et logistique, le suivi en ligne des réunions est parfois difficile du fait de la perte et l’instabilité de la connexion internet. En effet l’on rencontre des Difficultés lors des interventions des participants, et cela ne permet pas de saisir en totalité la teneur des contributions des orateurs. Autre aspect, c’est la difficulté dans la coordination de la participation et la préparation des contributions devant être soumises, les agents étant en situation de télétravail.


Par ailleurs, le télétravail implique une réduction de la durée et du temps de travail pour plus de concentration des participants aux travaux, d’où une modulation d’horaires qui tienne compte des différences géographiques et d’horaires des participants. La gestion des langues officielles de travail des nations unies se pose également dans le télétravail avec les limites qui apparaissent souvent au niveau des outils virtuels de traduction et interprétation, surtout quand il y a un nombre important de participants connectés.


Au regard donc de ce qui précède, nous ne pensons pas que le télétravail prenne le dessus sur les réunions présentielles. Les réunions statutaires et autres grandes rencontres internationales (conseil d’administration, conférences et forum mondiaux, etc.) ont été reportées au troisième trimestre 2020 pour des rencontres présentielles, le temps d’observer l’évolution de la COVID-19.


Copyright © 2020  ARTCI. Tous droits Réservés.

ARTCI Newsletter
Direction de la Communication

Département Communication Interne

Tél : 20 34 41 60 -- Abidjan-Marcory Anoumabo       

www.artci.ci                                              

Pour vous désinscrire définitivement de la newsletter ARTCI, merci d'envoyer un mail à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Adresse Géographique : Abidjan - Marcory Anoumanbo --- Adresse Postale :  18 BP 2203 Abidjan 18 - Côte d'Ivoire 
Téléphone : +225 20 34 43 73 / +225 20 34 43 74 ---  Fax : +225 20 34 43 75   Email: courrier@artci.ci     Site web : www.artci.ci